WEEK-END DE LA MORT | PABLO MOSES + UPRISING EN CONCERT

Dimanche 15 octobre à 18h en clôture du week-end de la mort 

Pablo Moses + Uprising

en concert reggae roots

10 € TARIF UNIQUE 

J’ACHÈTE MON BILLET ! 

Il fut et reste peut-être le plus engagé des grands chanteurs jamïcains. Actif depuis les années 1970, Pablo Moses n’a jamais cédé, si sur les idées, ni sur sa musique que l’on pourrait qualifier de reggae de résistance.

Adepte du mouvement Rasta, bercé dans la pensée des militants philosophes noirs comme Steve Biko, Marcus Garvey et Stokely Carmichael, avec une vision engagée du sort de l’homme noir en général et de la Jamaïque en particulier, Pablo Moses sort son premier album – Revolutionary Dream en 1975. C’est le morceau «I man a grasshoper» qui rencontre un vrai succès. Il travaille ensuite avec Studio 1 et divers producteurs. Grâce au disque, Pablo jouit rapidement d’un grand succès et d’une notoriété internationale, mais il cherche toujours à se dépasser. Il s’inscrit à l’Ecole Jamaïcaine de Musique où il acquiert une grande connaissance dans la théorie et l’arrangement, ce qu’il met en pratique dans son deuxième album « A Song », enregistré en 1980. Grand innovateur, il expérimente avec des sons jazz et rock dans l’album « Pave the Way », enregistré juste un an plus tard. Il sort ensuite différents albums «In the Future» en 1983. Il revient en 1985 avec l’album «Tension» suivi trois ans plus tard de «Live to Love». On note également les albums «We refuse», «Confession of a rastaman», «Mission», «In the Future dub». Il défend les intérêts du peuple noir et prône le retour aux racines, la mère patrie Afrique. Il s’exprime sur les origines du Rastafarisme en Ethiopie et encourage ce mouvement rastafarien « Back to African Roots ».par des compositions telles que « We should be in Angola », un de ces titres majeur. Plus de quinze ans après son dernier disque studio inédit, Pablo Moses réapparaît enfin en 2010 avec The Rebirth. Il retrouve ici certains de ses vieux complices musiciens qui ont écrit les plus belles pages de la musique jamaïcaine. Notamment le duo Sly Dunbar & Robbie Shakespeare qui a joué, selon les spécialistes, sur plus de 50 000 morceaux ! Autre légende vivante du reggae au générique, l’incontournable saxophoniste Dean Fraser, indispensable à toute section de cuivres qui se respecte. Pour compléter cette dream team de musiciens vétérans, on citera les légendaires percussionnistes Skully & Sticky Thompson, les claviers Robert Lyn et Franklin ‘Bubbler’ Waul ou le guitariste Dwight Pinckney. Bref, ce «all star band» a ciselé les écrins nécessaires pour faire briller la voix de Pablo Moses. En tant que véritable rasta, Pablo se doit de rester le plus sincère et le plus proche possible de ses convictions. Son émotion est véritable et entière. Les messages de ses différents textes parlent à tout le monde. Il refuse en bloc les discriminations, l’oppression et la victimisation de tous les pauvres à travers le monde.

Spread the word. Share this post!